Ayé ! Incrédibibeul ! Alleluia ! Les Ludophiles ont réussi (non sans mal) à boucler la première phase de leur tournoi interne de Dune Imperium (sans l’extension), au mépris du Covid et autres conflits de plannings. Au terme de 3 rondes réunissant 24 participant(e)s répartis sur 6 tables, nous connaissons enfin les 4 qualifié(e)s pour notre grande finale : Pierre, Laetitia, Vincent Ca. et Louis. Un grand bravo à eux ! Et un grand merci à tous nos membres pour leur bonne humeur et leur fairplay tout au long de cette aventure. Mais avant que le ou la meilleure gagne lors d’un ultime affrontement impitoyable, dressons si vous le voulez bien un petit bilan statistique de ces 18 matchs disputés au sein de notre association, avec de l’anecdotique, mais aussi du grain à moudre…

Le classement final au terme des 3 rondes de qualification au format suisse…

LE JOUEUR / LA JOUEUSE

…le plus potomane est Yves, qui a stocké sans les utiliser un total de 8 unités d’eau à la fin de ses parties.

…le plus riche est Xavier, après avoir cumulé pas moins de 26 Solari au terme de ses trois parties.

…le plus drogué est Louis, qui a tout de même amassé 31 unités d’épice excédentaires en fin de tournoi. Un titre que lui dispute Pierre, avec un cumul de 8 cartes « L’Epice doit couler » sur ses 3 parties. Je ne sais pas ce qu’il faut en déduire, mais Pierre est le premier joueur au classement final des 3 rondes !

…le plus fourbe est Vincent Ca., qui a marqué pas moins de 6 points de victoire grâce à des cartes Intrigue (dont 4 points sur une même partie !). Colin n’est pas loin derrière, avec 5 points scorés selon les mêmes méthodes plus que discutables. Un beau duo de fourbasses !

…le plus belliqueux est un titre que se partagent Yves, Vincent Ca. et Vincent Co. avec chacun un total de 8 points de victoire glanés sur les champs de bataille. Soit une moyenne de 2,66 points de victoire par partie pour ce triumvirat de la baston.

…le plus pacifique, à l’inverse, c’est Guillaume, qui n’a remporté absolument aucun point de victoire au combat sur ses 3 parties. Le comble pour un joueur par ailleurs très amateur de jeux de confrontation et de conquête !

LE PERSONNAGE…

le plus plébiscité n’est autre que Leto Atréides, qui a tout de même été drafté à 15 reprises (sur 18 choix possibles). Une confiance plutôt judicieuse de la part des participants, comme nous le verrons par ailleurs quand nous nous pencherons sur l’efficacité respective des personnages. En termes de popularité, le « Duc Rouge » est suivi par Vladimir Harkonnen (choisi à 13 reprises), puis Helena Richèse (12 choix) et Rabban Harkonnen (11 choix).

Paradoxalement, c’est l’un des chouchous de l’univers de Dune qui s’avère être le poulain le plus délaissé, sur lequel on ne mise pas un Solari : j’ai nommé Paul Atréides, qui n’a été pris que 2 fois sur les 18 parties organisées. Et sans surprise, on verra que Paulo-les-yeux-bleus n’était clairement pas le bon cheval !

le plus performant est de loin, encore une fois, le duc Leto Atréides, qui s’est adjugé pas moins de 8 fois la première place à la table, sur les 15 parties où il était présent, soit un taux de victoire de 53%. Côté points de classement attribués à chaque protagoniste sur l’ensemble des parties, Leto est encore le plus fort avec une moyenne brute de 3,93 points. En termes de points de victoire, il est aussi loin devant avec une moyenne de 9,86 points (sur 15 parties !).

C’est Rabban Harkonnen qui tire plutôt bien son épingle du jeu ensuite, avec un ratio de 5 victoires pour 11 parties disputées, soit un taux de réussite de 45%. Il est également le deuxième meilleur réalisateur en termes de points de victoire, avec une moyenne de 8,90 PV par partie. Idem sur les points de classement de tournoi, pour lesquels il se situe en seconde position dans la hiérarchie avec une moyenne brute de 3,36 points.

Victoire = 5 points de classement, puis 3 points au 2ème, 2 points au 3ème et 1 point au dernier…

Troisième personnage en termes d’efficacité : Helena Richèse, qui, avec 3 premières places sur 12 affrontements, atteint un très honorable taux de 25% de victoire. Elle se classe également troisième concernant la moyenne de points de victoire, avec un score moyen de 8,50 PV par partie. Ainsi qu’en termes de points de classement, avec une moyenne brute de 2,83 points (Helena a terminé à la 2ème place à 4 reprises : c’est sa position de prédilection dans ce tournoi).

Loin derrière, avec une seule victoire à leur actif, on retrouve Ariana Thorvald (moyenne de 8,25 PV et 2,50 points de classement sur 8 parties) et le Baron Harkonnen (7,76 PV et 2,07 points de classement en 13 parties). Aucun autre personnage ne s’est imposé lors de la première phase du tournoi.

le plus faible, est, sans discussion possible, Paul Atréides, qui signe un magnifique grand chelem de la lose, avec un taux de 100% de défaites. Le dormeur ne s’est jamais réveillé, en terminant systématiquement dernier aux deux tables auxquelles il a participé, avec une moyenne de 5,50 PV et la moyenne de points de classement la plus basse possible, à savoir 1.

Ilban Richèse, même s’il totalise le plus grand nombre de 4èmes places du tournoi, a réussi à faire moins pire, avec un ratio de 62% de défaites sur les 8 parties où il était présent, ne finissant à la dernière place qu’à 5 reprises.

Memnon clôt ce trio en mode bonnet d’âne, en ne terminant toutefois à la dernière place qu’une fois sur 3 drafts. Le comte Thorvald enregistre donc un taux de 33% d’échec critique.

A noter qu’Ariana Thorvald et le Baron Harkonnen ne sont guère plus efficaces avec un quart de leurs parties terminées en queue de peloton sur l’ensemble de leurs présences.

LES CHOIX…

…les plus pertinents, quels étaient-ils ?

Ton deck tu épureras ?

La base du deckbuilding, en théorie… On notera que le premier joueur au classement général termine le tournoi avec une moyenne de 13 cartes dans son deck (13,33 pour être précis), et notamment un troisième match terminé avec… 8 cartes seulement : le record absolu de sobriété du tournoi sur une partie ! Oui, mais voilà : ce n’est pas lui qui compte la moyenne la plus basse sur l’ensemble des 3 rondes. Et loin de là, car 6 joueurs/joueuses ont fait mieux.

En la matière, le record revient à Yves, avec une moyenne sur 3 parties à 11 cartes (pile) dans le deck. Yves, qui ne finit pourtant que… 14ème au classement général. Dans l’autre sens, le record est la propriété d’Aymen, qui termine les 3 rondes avec une moyenne supérieure à 18 cartes (18,33 exactement).

A titre de comparaison, la moyenne absolue sur tous les joueurs et toutes les joueuses du tournoi est à 13,93 cartes dans le deck final. Et la moyenne de tous les decks qui ont décroché une victoire s’élève à 14,55 cartes.

Mais les trois statistiques les plus troublantes sont les suivantes : le même Aymen remporte son dernier match avec le record absolu en quantité de cartes sur une partie au cours du tournoi (21 cartes dans le deck !).

Quant à Laetitia, elle se hisse à la deuxième place du tableau final avec la deuxième moyenne la plus élevée du tournoi, à savoir 17,33 cartes dans son paquet final.

Enfin, la moyenne de cartes dans le deck des 12 premiers au classement atteint 15,38 alors que celle des 12 derniers est nettement plus basse, à 13,86.

Bref, épurer et faire tourner son deck, c’est bien, mais ça dépend sans doute de ce qu’il y a dedans et de ce que je veux/peux faire sur le plateau.

La baston tu feras ?

Là encore, ça se discute. Si au sein de la table finale, trois des quatre concurrents ont acquis 7 à 8 points de victoire au cours de conflits sur l’ensemble du tournoi, Pierre, le meilleur au classement, n’a gagné en tout et pour tout que 3 points au combat (tout comme Didier, qui termine 5ème, à une marche de la finale).

Les trois meilleurs guerriers (8 points de victoire au combat) terminent respectivement 3ème, 12ème et 14ème. Quand le seul joueur à 0 points de victoire dans les conflits arrive lui au 15ème rang.

Être influent tu devras ?

Oui, probablement. Car le joueur le plus influent est clairement Pierre, le grand triomphateur de cette première phase, avec un cumul impressionnant de 17 points de victoire liés à l’influence sur les quatre grandes factions du jeu.

Soit une moyenne de 5,66 PV par partie issus uniquement de ce secteur du jeu ! Faut-il y voir une stratégie particulièrement payante à Dune Imperium ? Je ne voudrais pas vous influencer, mais à vous de juger…

Gardons néanmoins à l’esprit que Dune Imperium est par essence un jeu d’opportunisme où le secret est essentiellement de savoir s’adapter, et où beaucoup de choses dépendent des personnages en présence, des cartes Imperium disponibles, des types de Conflits piochés, etc.

Le détail des sources de points de victoire pour chaque participant(e)

Voici en tout cas la ventilation des points de victoire marqués par Pierre, premier au classement suite aux 3 rondes avant la grande finale, qui a joué successivement Leto, Memnon, puis à nouveau Leto :


Cumul de points de victoire = 31 (28 + 3 de départ)

Cumul d’Influence = 17 PV, dont 5 PV d’Alliances (soit 60% des PV scorés)

Cumul « L’Epice doit couler » = 8 PV (29%)

Cumul Conflits = 3 PV (11%)

Cumul cartes Intrigue = 0 PV

Cumul cartes Imperium = 0 PV

Confirmera-t-il sa suprématie lors de la table finale ? Nous le saurons très vite…

Les moyennes individuelles pour chaque participant(e) !

2 Commentaires

  1. Trop génial !!! Bravo pour cet article, super intéressant et bien fouillé.
    Et vivement le dénouement de ce tournoi, bonne chance aux finalistes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here