• Système de jeu : Chroniques Oubliées Fantasy
  • Univers : Val-Tordu et Borderive (de Hero Kids) PEGI7
  • Maitre de jeu : Bertrand
  • Casting :
    • Eléonore : Maëla Elethian une haut-elfe magicienne,
    • Joël : Kroril Forgepierre prêtre nain,
    • Pierre : Urd Mâcheloup barbare humain.

Pas de divulgachage si vous êtes joueur, le scénario utilisé ici est une création originale.

Suite de l’épisode 2 : Borderive au bord de la crise.

La nuit tombe sur Pointe-Ciel et  la tour de Mortain, les torches s’allument seules les unes après les autres dans chaque pièce. Côté nord, à l’abri du vent, dans le pré salé qui s’écoule en pente douce jusqu’à la rive de Mare-Bave, les chevaux broutent tout ce qu’ils peuvent avant le coucher. Le groupe s’accorde un repos dans le salon du deuxième étage.
Maëlla balance ses  pieds dans le vide au bord du balcon. Elle, l’elfe de la forêt, est fascinée par cette étendue d’eau sans rive de l’autre côté. Elle jure, qu’un jour elle naviguera sur ce lac infini. Elle feuillette le Précis sur la grise-écaille et autres fléaux des temps anciens. Peut-être y trouvera-t-elle des réponses pour sauver sa mère.
Au large, la brume marine rampe vers la côte, chargée de sel et de cette humidité qui gondole les feuilles. Insensible aux pierres centenaires et toutes ces paroles mortes dans les briques de papier,  Urd aiguise sa hache dans un mouvement répétitif.  Le son doux et rugueux à la fois le berce et le transporte dans ses montagnes. Reverra-t-il un jour ses Aiguilles Eternelles ? Il ne peut alors s’empêcher de penser à cette rumeur. Celle qui fait courir qu’il a massacré toute sa tribu. Comment y mettre un terme, qui l’a répandu et pour quelles raisons ?
Kroril prie Gorom, dieu de la Pierre et des Architectes, pour une meilleure fortune. Toutes ces blessures en si peu de temps, on ne peut pas vraiment dire qu’il soit béni en ce moment. Il serre fort son amulette, la relique que lui a légué son grand-père Krurul, soi-disante en os de Béhémot. Il se dit qu’un jour il devra la faire examiner par un érudit pour savoir si c’est un mensonge de plus. Qui sait, peut-être que Mortain le pourra. En tout cas la pierre en son centre est bien une jaspe sanguine, et ça, il s’y connait en minéraux. Il prie plus intensément. Toujours aucun signe de Gorom.  Il se questionne, n’approuverait-il pas ses actions ? Devrait-il continuer à construire le temple au lieu de courir l’aventure ? Mais comment le pourrait-il ? Il a juré de protéger Maëlla, et cette elfe gambade joyeusement partout ou elle peut mettre les pieds. Quel peuple bizarre, ils sont tellement différents des nains.
La brise du large se fait plus vive, et donne vie aux papiers éparpillés au sol. Tous, comme obéissant à un seul ordre, migrent doucement par petits bonds au fond de la pièce. Éclair renifle avec insistance un parchemin roulé et scellé d’un cachet de cire. Sur le dos, le parchemin entre les pattes avant, il se tortille en grignotant la cire et grésillant de satisfaction.

Eclair ne veut pas donner le parchemin. Maëlla parvient tout de même à l’échanger contre un sablé.
C’est une lettre de Mortain pour Grimma. Kroril plus à l’aise avec le Commun la lit à haute voix.

Kroril a préparé un succulent repas aux cuisines du sous sol qui ragaillardit le trio. Seuls les petit sablés préparés par notre elfe sont ratés et même Eclair n’en veut pas. Sa nouvelle préoccupation, gratter la base d’un mur au sous sol. A-t-il repéré une souris ?

La soirée est malheureusement interrompue par l’arrivée d’un groupe important de grenouillards. Ils sont accompagnés d’un troll enchainé et retenu par deux grenouillards. Ils sont guidé par le corbeau encordé de Mortain. Il a la particularité de parler.

Urd n’écoutant que son courage va au devant de la troupe … pousse son cri et charge seul ! Le premier front de guerriers l’accueille avec des coups de haches bien placés. Haches qui ne sont pas en pierre comme la veille mais en fer. Les trois importantes blessures qu’il reçoit lui remettent les idées en place et il prend conscience de sa trop grande témérité. Il retraite stratégiquement en courant se réfugier dans la tour tout en slalomant entre les javelots qui se plantent ici et là et les billes de fronde qui sifflent.

A l’abri derrière les portes se pose la question de comment les condamner. Après un moment de flottement, les tonneaux dans la pièce vont faire l’affaire. Urd les déplace contre la porte d’entrée à double battant. Kroril est agrandi par un sort de Maëla, le « nain géant » monte à l’étage. Il sort sa potion de mur de vent et la lance sur l’attroupement. Trop grand, sans son nouveau gabarit en tête il explose sa potion contre l’encadrement de la fenêtre ! Le mur de vent se forme à l’intérieur. Avantage plus aucune bille de fronde ne vient s’écraser sur le mur du plafond.

Au sous-sol Éclair envoie une image mentale à sa maman Maëla : « porte ». Le dragonain renifle avec insistance le pied du mur car il sent un courant d’air. L’elfe s’approche, cherche un passage secret, et l’illusion qui masquait le mur se dissipe. Apparait une tige métallique horizontale encastrée dans la pierre, une inscription et des lettres runes.

Maëla prévient Urd et ils s’emploient ensemble à résoudre l’énigme.

Pendant ce temps, le sort d’agrandissement et le mur de vent dissipés, Kroril dégote de l’huile et un briquet et s’attache à enduire chaises et tables pour les enflammer et bombarder les grenouillards du haut du balcon. Avec fort peu de succès il faut dire, pas de coup direct, mais cela occupe les batraciens et fait gagner un temps précieux. A court de mobilier il utilise des livres enflammés qui touchent directement le troll, poussé vers l’entrée par ses gardiens pour défoncer la porte. Le troll fort intrigué par ces gros morceaux de pain brulés, mange les livres. Il n’apprécie guère, mais une fois de plus cela retarde l’inévitable échéance.

Au sous-sol, Maëla tente sa première réponse à l’énigme à tapant le mot : « L U M I E R E» sur les runes. Un arc électrique jaillit de la barre métallique, blesse Maëla et requinque Éclair qui en redemande. Il se cabre sur ses pattes et gratte les runes tapant le mot « G L Q V H M R W » ce qui déclenche un nouvel arc qui blesse à nouveau Maëla. Elle prend alors le dragonain pour le mettre dans son sac à dos niche avec interdiction d’en sortir !

Finalement Urd qui a la réponse depuis quelque temps sans trop y croire, tente sa chance avec le mot « C L E ». Ça fonctionne ! La porte s’escamote dans le mur, révélant les marches d’un escalier étroit en colimaçon taillées dans la roche.

Le petit groupe descend prudemment et découvre le laboratoire secret de Mortain. Des expériences de pétrification sur des animaux semblent y avoir été pratiquées car de nombreuses sculptures en pierre trônent ici et là : lapin, escargot, rat, grenouille etc.

Au bout du laboratoire un air salé chatouille les narines, sortant d’un tunnel barré d’une épaisse grille. Dans le râtelier à clés à l’entrée du labo, il trouve la bonne et ouvre la grille qui donne sur un tunnel de roche. Il débouche sur une rivière souterraine et au bout ce qui semble être une sortie vers l’extérieur.

Seulement en bas de la corniche dort un troll des marais. L’odeur de poissons pourris les prend à la gorge. Heureusement personne n’a la mauvaise idée de rendre son repas sur l’immense créature qui dort paisiblement à côté de son trident, y compris l’elfe, fort peu habituée à une telle puanteur. Surprise par le jour, la créature a certainement du se réfugier ici, ou c’est son repaire. Une dranguille à moitié dévorée repose à ses côtés. Éclair sort son museau car il est intéressé, vivement rabroué par Maëla il s’abstient.

Bien avisés, ils n’attaquent pas la créature et passent à côté dans la plus grande discrétion. Même les rochers rendus glissant par les algues ne parviennent pas à les faire trébucher.

La sortie est en vue, dehors il fait nuit. Quatre grenouillards montent la garde. Enfin, ils discutent plutôt, et inattentifs se font surprendre. Ils sont tous mis en fuite ou neutralisés.

La pré salé est juste à leur droite. Deux ados grenouillards sont prudemment en train d’étudier les chevaux, bestioles qu’ils n’ont surement jamais vu auparavant. Maëla tente une prise de contant mais ils s’enfuient immédiatement vers une embarcation bizarre au bord de la mare, de forme arrondie comme une demi orange flottante. Ils prennent les perches et s’éloignent de la rive, paniqués.

Kroric, Maëla et Urd sellent Zéphyr, Nuage et Patauch. Ils détalent au triple galop sur le sentier, direction Borderive.

Photo par Lory sur Unsplash

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here