Je profite d’un mercredi ou nous sommes disponibles Olivier et moi pour sortir Napoléon 1806. Un kickstarter que j’ai depuis quelques temps et auquel je n’ai joué qu’une seule fois.

Le jeu est un wargame à bloc, rapide, accessible à tous avec des règles simples mais pas mal de stratégies. C’est une première partie pour Olivier qui joue le Français et la seconde pour moi qui prend cette fois ci le Prussien. On est donc en découverte du jeu sans cacher les pièces et les forces.

Résumé de la partie

La campagne est lancée, Napoléon et ses généraux se lancent à l’assaut de la Prusse.

Les Prussiens se déploient pour bloquer les accès stratégiques et font sauter les ponts (cubes rouges ci-dessous) sur la Saale à Schleitz et Saalfeldt. Frédéric-Guillaume III verrouille le dispositif en se positionnant au nord de Saalfeld entre les rivières Saale et l’Ilm fort de ses deux corps d’armée de Blücher et Brunswick.

A l’est Soult déborde, traverse la Saale et prend la route de Hof et Plassen. Au lieu de continuer vers le nord, foncer vers Altenbourg et s’ouvrir Leipzig il décide d’aider ses compagnons Bernadotte et Davout bloqués à Lobenstein face à Schleitz et aux corps d’armées de Tauenzien et du prince Louis. Soult fait l’erreur d’attaquer en marchant dès qu’il arrive et sans attendre les autres corps d’armées. Il y subit une lourde défaite.

Pendant dix jours et jusqu’au 19 octobre (6 tours) la ville de Schleitz tiendra et restera tenu par Tauenzien et le prince Louis de Prusse et ce malgré les attaques de Bernadotte et Ney. Le prince y laissera la vie.

Les Français débordent le dispositif à l’ouest avec Lannes via la forêt de Thuringe mais il est bloqué par Rüchel qui prend position dans la forêt au sud de Ohrdruf. Rüchel trop sûr de lui déclenche l’assaut et quitte ses positions défensives. Lannes est surpris et ne s’attendait pas une telle erreur qu’il exploite immédiatement pour mettre en déroute le corps de Rüchel qui se replie à Ohrdruf. Bizarrement, passé ce premier choc, le secteur restera calme jusqu’à la fin.

Les Français voyant le dispositif Prussien bien en place à Schleitz reviennent au plan initial et déborde à l’est sur la route avec les corps de Davout et Soult. Hohenlohe se positionne à Altenbourg pour les stopper, vite renforcé par Kalkreuth. Face à Davout et Soult, Hohenlohe et Kalkreuth sont en grande difficultés et seul le sacrifice de Hohenlohe permet de tenir la ville. Renforcé par l’arrivée miraculeuse le 10 octobre 1806 du corps du prince du Wurtemberg et malgré les coups de boutoir de Davout, Altenbourg tiens.

Au centre du dispositif : Napoléon avec Augereau et Murat préfèrent ne pas s’attaquer à Frédéric-Guillaume III fort des corps de Blücher et Brünswick. Napoléon opte pour traverser la Saale au sud de Neustad malgré le pont détruit et grâce à une marche forcée la retraverse pour se retrouver au sud d’Iéna. Superbe mouvement qui prend de vitesse Frédéric-Guillaume III qui n’a pas le choix que de le rejoindre espérant provoquer une bataille décisive. Mais Napoléon n’a pas fait tout cela pour se risquer dans une bataille indécise face au gros des forces de Frédéric-Guillaume III. Il a coupé la route d’Erfurt aux Prussiens et fonce alors pour prendre la forteresse sans défense.

Les corps Prussiens ont tous été tournés et n’ont d’autre choix, malgré le temps exécrable en ce 28 octobre 1806 de se replier en marche forcée pour prendre des positions défensives et couper les accès vers Halle et Leipzig. Auerstaedt est le nouveau verrou des Prussiens où se positionne Frédéric-Guillaume III, le tout complété par Weimar et Rüchel plus au nord.
Le temps tourne et les Français n’ont plus que deux jours pour réaliser leurs objectifs.
A l’est Davout quitte Altenbourg et tente de déborder pour prendre Leipzig. Malgré une marche forcée de 100 km en deux jours il échouera aux portes de la forteresse.
Au centre Napoléon sait qu’il est trop loin d’Halle pour la prendre et décide de déclencher la grande bataille contre Frédéric-Guillaume III à Auerstaedt. Il remporte une belle victoire et le gros des Prussiens se replient sur Naumbourg. Insuffisant et trop tardif.
Les Prussiens ont réussi leur défense et assez ralenti les Français pour remporter cette partie.
Victoire des Prussiens (Bertrand) avec 9 points (le jeu démarre à 10 points).
La carte à la fin du dernier tour 7 et la victoire des Prussiens aux points.

Le résumé de la partie en vidéo.


Point stratégie

Le français ne doit pas trainer et doit se lancer directement sans tergiverser ni attendre sans quoi il arrivera trop tard. Le Prussien doit faire une défense souple, tenir les verrous mais savoir les lâcher lorsque la pression est trop forte ou qu’il est tourné.

Point sur les règles

Malheureusement la partie est entachée d’une belle erreur sur la règle des combats. En effet un groupe de corps qui est attaqué passe activé (face  retournée). Nous ne l’avons pas appliqué et cela a avantagé le Prussien.
Autre point de règle non appliqué, lorsqu’on tire plusieurs carte événements rouges elles s’annulent. Avec un impact mineur sur cette partie.

Envie de tester Napoléon 1806 aux Ludophiles ? Contactez moi via les commentaires ou le formulaire du site.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here