La suite de l’épisode 1, 2, 3, 4, 5 et 6.

  • Système de jeu : D&D5
  • Univers : Royaumes Oubliés
  • Maitre de jeu : Julien
  • Roll20
  • Casting :
    • Emilien : Rurik le Sage, nain clerc de Moradin,
    • Sylvain : SyXus le Brave, soldat humain devenu aventurier (guerrier),
    • Bertrand : Càrthach Moutenaille, ermite humain devenu ensorceleur,
    • Geoffrey : Dyndi Piedanlepla, commerçant (voleur) halfelin au passé trouble.

Attention au divulgachage si vous êtes joueur, le scénario utilisé ici est celui d’initiation à D&D5 The Lost Mine of Phandelver.

La troupe lève le camp à l’aube et se met en route vers le château des Gueules Pointues. Un petit château en mauvais état avec six tourelles reliées entre elles par de hauts murs. La partie nord est en partie effondrée. Une reconnaissance permet de localiser trois entrées. La grande double porte à l’ouest, une petite porte au sud et au nord une partie effondrée escaladable par laquelle il semble possible de pénétrer.

Le plan est le suivant : pour les neuf gardes du guet en état de combattre, cinq se placent face à la grande porte et quatre face la petite porte sud. Ils lanceront l’assaut sur un signal de corne de nos héros, qui vont eux s’infiltrer par le mur nord effondré.

Tout le monde se met en place et l’opération est lancée. SyXus lance son grappin et escalade difficilement le mur nord suivi par Dindy. Le plancher est effondré. En bas une pièce à ciel ouvert avec deux ouvertures. Dindy et SyXus descendent dans la pièce pendant que Càrthach et Rurik commence l’escalade.

SyXus et Dindy prennent la porte à l’est, difficile à ouvrir elle n’est pas fermée et ils parviennent en forçant à l’ouvrir. Elle donne sur un couloir avec une nouvelle porte en face et au sud un rideau. SyXus ouvre le rideau doucement et tombe face à face avec deux hobgobelins ! L’hobgobelin l’aperçoit mais hésite, il fixe la cape rouge et ne sait que faire. SyXus saisit l’opportunité et bluff en prétendant être une Cape Rouge de Bâtonvert. Il affirme avoir capturé le hobbit derrière lui. Dindy met immédiatement les mains dans le dos. Le premier hobgobelin va vérifier, bouscule SyXus pour passer et au moment de se saisir de Dindy, ce dernier le plante avec son épée courte puis s’enfuit vers la première pièce l’hobgobelin au trousse qui s’époumone « le prisonnier s’échappe ». Rurik et Càrthach ont eu le temps de rentrer, oui il y a un passage secret et Rurik – qui remercie son dieu Moradin – s’épargne une escalade. L’hobgobelin entre dans la pièce, est coincé par Rurik avec son bouclier, ils s’effondrent ensemble et une mêlée chaotique s’engage.

SyXus de son côté dégaine prestement, empale le deuxième hobgobelin et le tue sur le coup. A ce moment un elfe noir sort de la porte est et s’écrit pour des personnes à l’intérieur « des ennemis ! Ta garde ne vaut pas un pet de gobelin ». Rurik, nain, voyant cet elfe noir, abandonne l’hobgobelin et se rue à sa poursuite. L’elfe court vers SyXus pour s’enfuir. SyXus le touche et esquive ses contre-attaques, c’est violent mais l’elfe noir cherche juste à passer.

Rurik traverse le couloir à la poursuite de l’elfe noir, au moment ou un gobelours sort de la pièce à l’est. D’un preste coup d’étoile du matin il sèche Rurik qui s’effondre. Puis il se dirige dans la pièce à ciel ouvert ou le combat entre l’hobgobelin, Dundy et Càrthach fait rage. Poigne électrique, trait de feu, l’hobgobelin est gravement blessé mais la grande carcasse tient toujours. Renforcé par l’arrivée de son maitre le gobelours et d’un loup noir géant il reprend espoir et ils sont trois maintenant. Càrthach sent que le combat tourne mal et lance sommeil; le loup et l’hobgobelin s’endorment. Reste le gobelours qui d’un pas sûr et le sourire aux lèvres se rapproche, certain de son festin.

SyXus dans une charge violente se jette sur l’elfe et les deux traversent une veille porte vermoulue qui explose sous l’impact. Mais l’elfe n’est pas là pour combattre, se relève d’un bond et poursuit sa fuite. SyXus qui a vu Rurik tomber, va lui porter secours avec une potion de soin, il a décidé d’abandonner l’elfe noir.

Dans la première pièce, Càrthach et Dindy tienne le gobelours en respect avec des sorts, Fou Rire et des traits de feu. Ils sont rejoins par Rurik qui engage le combat plein de vengeance. Dindy qui a opéré un replis tactique par le passage secret est à l’extérieur et entre à nouveau pour attaquer avec succès dans le dos le gobelours qui crie de douleur.

SyXus pendant se temps explore la pièce à l’est, trouve Gurdren Chercheroche, inconscient et ensanglanté, attaché à un mur.

Entre temps l’elfe noir a libéré une bête sauvage, qui pousse un crie à glacer le sang et d’un pas lourd martèle le sol en faisant trembler les murs. Elle se rapproche de nos héros déjà en grand danger face au gobelours.

C’est un ours-hibou, une bête sauvage de sept cent cinquante kilos ! Sept cent cinquante kilos en colère pour être précis ! Syxus l’esquive prudemment. Peut-être ne cherche-t-elle que sa liberté ? Elle se dirige vers la sortie. Le gobelours tente de la bloquer pour la faire combattre avec lui mais ne récolte qu’un coup formidable qui le projette contre le mur. L’ours hiboux traverse le passage secret l’élargissant et reprend sa liberté. A l’intérieur SyXus, à son habitude, saigne les endormis puis le gobelours gravement blessé est achevé.

Les troupes du guet arrivent, elles ont investi le château suite à l’appel de corne de Dindy et ont nettoyé les lieux des nombreux gobelins et de quelques autres hobgobelins. Le château est fouillé, le butin rassemblé et partagé façon Dindy. Quelques objets sortent du lot : des grimoires, des pierres précieuses, une cape de mage de belle facture et surtout : une carte qui localise la mine perdue de Phandalin !

Mission réussie, Gurdren est toujours vivant. L’elfe noir, lui, s’est volatilisé.

Photo by Franzwa Roux on Unsplash

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here